Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RaphB Blog

Marketing Digital : Y-a-t-il une confusion entre influence et trafic ?

2 Août 2012 , Rédigé par Raphaëlle Publié dans #Marketing, #Web

Voila une réflexion que j'ai en tête depuis un moment concernant l'univers des blogs, ne vend-on pas du trafic pour de l'influence et inversement ?

Quand je regarde les statistiques de mes blogs (ce n'est peut-être pas l'exemple le plus pertinent ceci dit), je me dis qu'il y a peut-être un problème dans l'énoncé. Mes statistiques sont "faussées" par quelques articles trustant une grande partie de mon trafic, ce n'est donc pas le blog en lui-même mais une petite part de son contenu uniquement qui influence. Il en est de même avec la notion de classements quand ceux-ci se basent sur les statistiques de visites.

Comment baser l'influence d'un blog sur le nombre de visiteurs sans analyser plus profondément les chiffres et extraire une partie des données parasites ?

Marketing Digital : Y-a-t-il une confusion entre influence et trafic ?

Si un blog a beaucoup de contenu (ancien blog depuis 2006 ou nouveau blog à forte activité), il a des chances d'être plutôt bien référencé sur plusieurs de ses articles. Ainsi si le blog est plutôt bien présent dans le moteur de recherche, une grande partie de ses visiteurs peuvent venir en réponse à une requête, non pas pour le blog en lui-même mais juste pour une partie de son contenu.

Alors partant de ce principe un blog avec x milliers de visiteurs par jour est-il forcément influent ?

J'ai tendance à penser qu'un influenceur doit avoir une bonne partie de son trafic issu d'accès direct ou de partages sur les réseaux sociaux. On ne devrait pas tenir compte des requêtes émanant des moteurs de recherche. Tout simplement parce que certains ne lancent des blogs qu'en pensant "SEO", quand le blog devient un vrai business à part entière finalement.

Est-ce que finalement les vrais influenceurs ne sont pas les blogs dont les lecteurs sont des réguliers ? Ceux qui s’abonnent à la newsletter ou aux réseaux sociaux pour ne surtout pas louper un nouvel article de leur blogueur préféré ? Ceux qui mettent le blog en favoris (oui ça existe encore), ajoutent le blogueur sur hellocoton pour suivre son actu, ou inscrivent le flux rss à leur plateforme de veille préférée…Enfin les visiteurs qui passent avant tout par la homepage du blog.

L'annonceur est-il caution ou pigeon dans ce système ?

Les annonceurs (l'agence ou la marque) veulent souvent apparaître sur les gros blogs, les leaders du domaine qui ont de belles statistiques à faire pâlir les médias traditionnels, il aura tendance à délaisser les plus petits blogs ou les blogs de niche. Ils seraient donc caution dans cette course aux visiteurs souvent bien mal acquis. C'est un peu comme faire un safari et ne vouloir voir que les "Big 5" sans ouvrir les yeux pour découvrir les autres animaux.

La question qui doit se poser est : vaut-il mieux être présent sur de nombreux petits blogs plus communautaires ou sur des gros blogs générateurs de trafic ?

Dans tous les cas pour répondre à la question il faudrait avoir toutes les cartes en main. Si un blog annonce 10 000 visiteurs par jour, est-il forcément plus intéressant que celui qui n'en a que 500 ou 1000 ?
Vu comme ça la réponse est simple, mais si le blog de 10 000 visiteurs a 95% de son trafic généré par google sur des articles anciens, est-ce que la marque s'offre vraiment la visibilité qu'elle aura souhaité / payé ?

A mon avis pour toucher sa cible il faut dépasser l'effet "waouh" des statistiques, il faut trouver un équilibre entre blogs pro / quasi-pro et les blogs de passionnés. Il faut mixer les supports pour couvrir un terrain plus large.

Il faut savoir prendre en compte ce qui dépasse le quantitatif mais aussi se fier à une notion plus difficile à mesurer avec des outils, l'aspect qualitatif er affectif des blogs.

Partager cet article

Commenter cet article